Podcast#1

Quelques sorties de la semaine du 20 Avril 2020

Être fou fait-il de toi un meilleur rappeur?

“Il n’y a pas de génie sans un grain de folie” disait l’ami Aristote. 
Nombreuses sont les théories sur les liens entre la création artistique et les troubles psychiques. Et le rap n’y échappe pas, dans notre actualité on peut penser à Kayne West qui est d’ailleurs passé milliardaire il y a quelques jours.
Mais qu’en est-il des rappeurs arabophones?
Je vous propose d’explorer ce thème à travers quelques tracks.

Defa – Emsallem x The Archiducer (2020)

Commençons par une sortie de la semaine “Defa3” du rappeur jordanien Emsallem. 
Tout au long de son flow du track, on a l’impression qu’Emsallam fabule, qu’il enchaîne des associations d’idées, des images qui ne sont pas forcément liées de manière logique. Comme s’il utilisait la technique de l’écriture automatique, issue du mouvement artistique des surréalistes, qui consiste à laisser son inconscient s’exprimer librement sans forcément chercher un sens logique et rationnel.
Puis il vient interrompre ses divagations avec un refrain qui martèle “salli 3ala naby”, qui veut dire en arabe “adresse tes prières au prophète”. C’est une expression souvent utilisée lorsqu’une personne perd ses esprits (au sens figuré ou au sens propre, lorsqu’on imagine qu’elle a été ensorcelée par des djinns), on lui rappelle de “salli ala naby” Ce track révèle donc la folie comme processus créatif

Chapitre 1 (Déséquilibre) – Psyco M (2016)

Toujours dans la même thématique du génie créateur et d’aller puiser au fond de son subconscient pour créer et écrire,  je vous proposer d’écouter la masterpiece en terme de texte du rappeur tunisien Pysco M.
Honnêtement, je ne vais pas rentrer dans les débats autour du rappeur qui s’est avéré être un soutien pour les islamistes. Faut-il séparer l’artiste de l’islamiste, bon…
Je vais rester dans la thématique d’aujourd’hui et dans ce track très très dense, Psyco M décrit comment il plonge au plus profond de lui même pour écrire et comment lors de ce voyage il rencontre un fantôme, son âme peut être.  Qui l’accompagne dans cette démarche et qui tantôt le rassure tantôt le traite de schizophrène.

Psychedelic – Pause ft. Ayoub Levy (2017)

Pause quand il commente lui même ses lyrics dit , je cite en traduisant « tout ce qu’une personne écrit a du sens, même si toi même tu as l’impression que c’est du n’importe quoi, si on donne ton texte à un psy il saura te dire de quoi tu es malade ».
Et pourtant, dans le son qui suit, il interpelle tous ceux qui en essayant d’interpréter ce qu’il dit, ne comprennent pas et le traitent de fou. On retrouve ici un concept assez récurent dans le rap et qui nous vient du 18eme siècle et du mouvement romantique : le concept de « l’artiste incompris » ou pour reprendre l’expression française « de poète maudit ». Incompris, en décalage avec la société, rejeté et pris pour un fou.
D’ailleurs dans ce track Pause et Ayoub Levy annoncent qu’ils cassent les codes car ils se revendiquent dadaïstes.
Apparu lors de la première guerre mondiale, le mouvement culturel du dadaïsme renverse la conception traditionnelle de l’art au moyen de la provocation et de la dérision.
Vous noterez dans le son, la présence du bendir et de la flûte qui sont parfois utilisés dans les confréries soufies lorsqu’ils récitent des incantations religieuses visant à les élever vers Dieu.

Tchouf – Lotfi Double Kanon (2013)

La situation politique et économique aussi peut rendre fou (la folie comme conséquence du système) 
C’est ce que dépeint ici Lotfi Double Kanon, un des pionniers du rap algérien dans ce son “Tchouf” sorti en 2013. Il dit que son pays est devenu un hôpital psychiatrique du fait du système absurde et complètement décalé par rapport aux réalités du pays mais qui puisent dans ses richesses en laissant le peuple subir.
عديك هذ الجيل سي فري مشو جنين
فهم بلي لبلاد ولات مستشفى مجانين
كثروا لي فيكتيم ضحايا هذ السيستيم
« Certes, les jeunes de cette génération ne sont pas des génies
Mais ils ont compris que le pays est devenu un hôpital psychiatrique
Il y a de plus en plus de victimes sacrifiées par le système »

Harba – Youppi x Abdou HK (2020)

Le son de Lotfi DK de 2013 met en exergue un schéma qu’on retrouve aussi 7 ans plus tard, dans un track sorti en mars 2020 “Harba” de deux jeunes rappeurs algériens: Youppi et Abdou HK.
Le schéma c’est une situation politique absurde, une jeunesse désoeuvrée livrée à elle même, qui devient folle et donc la seule solution reste de quitter le pays.

Ritalin – The Synaptik (2018)

Avec Synaptik on va explorer le champ de la folie au sens clinique. The Synaptik est fils de réfugiés palestiniens et il est étudiant en médecine, en psychiatrie.
Pas mal de ses sons font référence aux maladies mentales, encore tabou dans certaines sociétés arabes.
Il utilise notamment sa propre expérience dans le track qu’on va écouter “Ritaline”. La Ritaline qui est un anti-depresseur prescrit pour les troubles de l’attention et l’hyperactivité, et que the Synaptik prenait depuis son enfance.
C’est d’ailleurs la Ritaline qu’il personnifie et à laquelle qu’il s’adresse dans le track qu’on va écouter. Elle est son refuge, elle le protège et c’est la seule à le comprendre….

Aghla El Ghawali- Shabjdeed  (2018)

Comment évoquer ce sujet sans penser à la légende arabe de Majnoun Layla: Qais poète du VII ème siècle tombe amoureux de sa cousine Layla (jusque là rien de fou), mais les familles sont contre cette union (pour des raisons diverses et variés), mais Qais est si obsédé par Layla qu’il en devient “fou” et on le surnomme “Majnoun”.
Shabjdeed, notre rappeur de Ramallah nous livre une version contemporaine de ce conte dans “Aghla El Ghawali” qui signifie la plus précieuse des personnes chéries. On comprend que son amour l’a quitté, le laissant livré à lui-même au point où il en perd la raison.
Pour être tout à fait honnête, de ce que je connais de Shabjdeed, ça me laisse croire que c’est ironique, une espèce de caricature justement de ces amours. Mais Mohamed Sadek qui le connaît bien m’a dit que non, je vous laisse en juger par vous même

%d blogueurs aiment cette page :