[SON007] Tra Nguis / Naqqa

Tunis, 2019

Flow nasillard, textes acerbes et des métaphores en veux-tu en voilà… Naqqa ne fait pas dans la demi-mesure dans la plupart de ses morceaux et spécialement dans ce « freestyle ».

Ce rappeur de Cité Ettadhamon (un des ghettos les plus surpeuplés de Tunis, surnommé la Chine populaire) nous gratifie dans Tra Nguis d’un tableau riche en images. Cette écriture hyper descriptive est même devenue sa marque de fabrique.

Naqqa sait plonger son auditoire dans des scènes de la vie d’un jeune tunisien avec des mises en situation et un choix de mots très pointu. Dans Tra Nguis, en cinq mots il place l’auditeur dans un braquage (« 7ouma bracagét, hét tra nguis« ) où le braqueur demande au braqué de lui donner sa casquette, sa veste ou ses baskets pour voir si ça lui va, comme dans une cabine d’essayage, sauf que c’est dans la rue que ça se passe. Scène classique dans son quartier comme il le répète dans ce morceau.

Le thème du banditisme est mis en avant avec un sens accru du détail et de l’état d’esprit du personnage / rappeur. Tout cela est agrémenté d’un vocabulaire de la rue tunisienne difficile à déchiffrer même pour les tunisophones aguerris. « Dima m7anntin » (toujours momifiés), « dima m3awwej ki slash » (toujours incliné comme un slash), « mo55 mhawwi » (cerveau bien aéré)… sont toutes des expressions qui font référence à la surconsommation de cannabis et à l’inspiration débordante en termes de lyrics.

Naqqa abuse ici de métaphores. Exemple: son cerveau aéré comme une moto sans carénage, signe distinctif de plusieurs jeunes de quartiers tunisiens adeptes des scooters modifiés.

Par ailleurs, il y a la répétition de « El baga daret douret darna » (jeu de mots avec le verbe « daret » qui veut dire tourner, « douret », virage et « darna », notre maison) qui installe un sentiment d’alerte qui va en crescendo. La fourgonnette tourne au coin de sa rue, faut se bouger.

Toutes ces expressions et punchlines dressent minutieusement un tableau de sa cité et de ce qui s’y passe au quotidien en réussissant à transmettre un sentiment de fierté, de courage mais aussi d’angoisse.

Punchlines préférées

  • [« Fanneyya tsawwer fina, nposiw cheese, Nice pic, Markini féha »]
    La police les prend en photo, mais pour montrer que ça ne les intimide pas, bien au contraire, ils font la pose et CHEESE comme sur les photos avec les potes, en plus du compliment (« nice pic ») et de la demande en prime de le marquer dessus (comme on marque quelqu’un sur une photo postée sur Facebook). Un affront clair et net à la police
  • [« Mo55 mhawwi t9oulech Hayabusa, Blech carénage »]
    Une moto Hayabusa sans carénage c’est hyper aérée… on peut dire de même pour son cerveau
  • [« Mo55i ya7ra9 w ménich met’hanni bech na3mel el kerch »]
    En Tunisie on dit que le gros bide est signe de confort et de manque de soucis (« met’hanni »). Pour Naqqa, impossible d’avoir du bide tellement son cerveau surchauffe.

Tentative de traduction des paroles

تشوف الخوف في وجوههم تقول راو ابليس
حومة براكاجات هات ترا نقيس
نظافة juste look تلف تبهنيس
فنّية تصوّر فينا نپوزيو تشيز
نايس pic ماركيني فيها
حي التضامن حومتي نسيركيلي فيها
الحاجة لي تعجبنا إنّيكوهم فيها
عربدة و تشنيج تلف كنية و تربيج
ڨونة ظلام و ترويج
و ديما محنّطين
حاكم و طحّانة وجوهنا عابدين
صڨاص يتعدى يسلّم شفمّا شعاملين
تلف ديما عماء عينين، طف ومية عليه العين
Niggaz know and now we know we are not alone

نهج الدار ظلام عينيك ما تراش الضو
صبابة تتسبّب تصب أكثر منا و سيّبونا نسربيو زباينا right now
Five side killer
I’m on the game و إنت كمّل الكمالة
حمص زبيب و بندق موتوا الكل شيلا بيلا
حتّى بجرد كارابيلة تيتر نكملو في ليلة
تك تك ما يبطاش
ربيّع ساعة بالمنڨالة
رك تك بالياطاش
المخ مهوّي تقولش Hayabusa
بلاش كاريناج
ديما موحّل بوڨرطاس
صوارخ فڥ كيما Crash
ديما شايخ ما نصحاش
ديما معوّج كي الslash
بلّي تنيّك ماكش real gangsta كيما البشّاش
ما تخراش فيه عاد ما توحلش
نظيّف أمّا راو في زك الجلسة ما نوخّرش
ديما عصبة ليها كي الsemi لي ما تزمّرش
مخّي يحرق و مانيش متهنّي باش نعمل الكرش
حتّى كان مريض ماخو هواء ما نشدّش الفرش
حتّى ما تفهمش راپ الله خير ما تتخمّرش
الباڨة دارت دورة دارنا 
تشوف الخوف في وجوههم تقول راو ابليس
حومة براكاجات هات ترا نڨيس
  نظافة juste look تلف تبهنيس  
فنّية تصوّر فينا نپوزيو تشيز
جوجو فانتا و نحلّي بbrownies
نحكي فيها كيف ما هي no vice
جبورة يحبّوا زبّي معاهم no peace
لعنة الله عليهم و على إبليس النزيس

Skuuuurrrr

Tu vois la peur dans leurs yeux, on dirait ils ont vu Iblis (le diable)
Dans le quartier des bracages, fais voir que j’essaie
La propreté, juste dans le look, on joue le jeu
La police technique nous prend en photo, on fait la pose CHEESE
Nice pic, marque-moi dessus
Cité Ettadhamon, mon quartier c’est là où je circule
Tout ce qui nous plaît, on le leur arrache
Folie destructrice, énervement, égarement, pseudos et surnoms
Gouna obscure et trafic (« gouna » mot péjoratif pour désigner un local où on s’adonne à des activités illicites, prostitution, drogues, etc.)
On est toujours mhanntin (litt. « momifiés » en argot tunisien on qualifie de momifié quelqu’un de très défoncé)
Police et enfoirés nous traquent en permanence
L’indic passe et demande ce qu’il y a, ce qu’on fait
On l’égare, l’aveugle mais on garde un oeil sur lui
Niggaz know and now we know we are not alone

La rue de chez moi est sombre, tes yeux ne voient pas la lumière
Les indics trouvent des excuses pour enregistrer / poser plus que nous, laissez nous servir nos clients right now
Five side killer
I’m on the game
Et toi finis la suite
Pois chiche, raisins secs et pignons, mourrez tous sans distinction (l’expression tunisienne « 7oms w zbib » litt. pois chiche et raisins secs, désigne un mélange hétérogène de personnes)
Même avec une misérable carabine, je finis le morceau en une nuit
Tac tac, sans tarder
Un quart d’heure montre en main
Rak tak, à profusion
Le cerveau aéré on dirait un Hayabusa
Sans carénage
Toujours avec un cône (joint)
Des fusées volent comme dans Crash (fusée en argot tunisien veut dire joint)
Toujours défoncé, jamais sobre
Toujours incliné comme un slash
Peu importe combien tu essaies, tu n’es pas real gangsta comme El Bachech
N’abuse pas et ne t’éternise pas
Propre mais je recule pas en plein milieu de l’assemblée
Toujours rien à foutre, comme un semi sans klaxon
Mon cerveau surchauffe et je n’ai pas de bide car je ne suis pas casé
Même malade enrhumé je ne reste pas au lit
Et même si tu ne piges rien au rap, n’entre pas en trance
El baga a tourné au coin de notre rue (El baga, terme tunisien désignant la fourognnette de la police connue pour embarquer les personnes arrêtées)
Tu vois la peur dans leurs yeux, on dirait ils ont vu Iblis (le diable)
Dans le quartier des braquages, fais voir que j’essaie
La propreté, juste dans le look, on joue le jeu
La police technique prend des photos, on fait la pose CHEESE
Un joint, un Fanta et je sucre avec des brownies
Je raconte l’histoire telle quelle, pas de vice
Les cons veulent que je sois no peace
Que dieu les maudisse eux et Iblis ennzis (litt. l’impur)

[SON006] 7it 3arfinni / Shayfeen

Safi, 2016

Shobee et Small X, deux Millenials marocains qui ont grandi à Safi, qui se sont trouvés et dont les vibrations de l’un ont raisonné chez l’autre pour former Shayfeen: le groupe phénomène de Rap marocain.

Leur histoire est présentée dans ce reportage « Wa Drari » où on les voit évoluer sur scène et dans leurs quotidiens.

Shayfeen disent ne pas porter de messages politiques, ils encouragent les jeunes marocains à se saisir de leur destin et à accomplir leurs rêves.

C’est d’ailleurs le sujet de ce son « 7it 3arfinni » qui signifie « Parce qu’ils me savent… ». On est sur la thématique de l’homme invincible que les envieux veulent descendre et empêcher de réussir. Mais il va forcément réussir comme il est « m9awed ». Ce mot a plusieurs significations en marocain, ça peut être une insulte mais ici c’est plutôt quelqu’un qui n’a pas peur et qui est tellement « fou dans sa tête », qu’il tente tout et que donc il peut réussir.

Traduction des paroles

[Couplet 1]
Makantbdlch m3a li t9atlo m3aya b walou
Makanti9ch f li kayl7sso w bghaw meni koulchi
3elmatni lwe9t kifach n9der ndir koulchi b walou
Kaynin chi klab khayfin kaynb7o w baghyini nemchi

[Refrain] 7it 3arfini m9owd

[Couplet 2]
Ma wellit ta kent
Ma bdit ta fhemt
Ma mchit ta dmert
Ma jit ta 7kemt
7lemti 3ad fe9t
Ma kmit ta bremt
Ma mchit ta bssemt
Ma 9telt ta dfent
Men ga3 ter9an dezt
3la kemmart ch7al men 3tay dezt
3tawni face b9it m3ahoum ta khnezt
Bghaw yrrefdouh lia ghi jab lah 9fezt
Yeaaaa… Ghi jab lah gmezt
Dert bhala ga3 ma fahem walou ghi tnazt
Bhal kima dima ghi sre7thom w dezt…
Jme3thom w fresst

[Couplet 3]
Ghaddor dora ghaddor semta ra ghayban chkoun sda9
Derbat lmouja tla7 koulchi ra benti lia katghra9
Kenti baghi t’sauva tekkiti 3la khouk w m3ak tahouwa hbat
Nta ga3 makat3ref t3oum achdak tla7
7yatek koulha w nta habet
7yatek koulha ghi f blasstek
7yatek koulha te7t masque
Kayderbek do li wasslek
Ba9i ga3 makatmreg anari baz
Ta ra hada weld Asfi far3k
Wa7lik w dima sar3k
3aték 3la wednik w dahrk
Khayb ga3 makantfare9



[Couplet 1]

[Refrain]

[Couplet 4]
3dyani kay7lmo b 9abri
7yati kangouliha sabri
Wakha l’mass ga3 f dahri
Ba9i wa9ef m3a mhom se7a kanbri
Kandir ghi li kanbghi
3chrani ktar ghaliban vrai
7e9ada rass malhom ghi lhadri w asslan ga3 makaybano lia b ndadri
Charger, charger, cadrer
Rapapa hombré
Wa drari finma mchiti dima kaynin katrin
Shayfeen mafia Padré
La 3ad fhemtek machi lkhatri

[Couplet 5]
Ghir jnouni 9ba7 chouiya dassrin
Kent ana wyahoum mkhatrin
3tinak flow nta bitch daba gha jri BIYEN
Yallah ban wa3er biyen
Ghatkhra ga3 ma ghaddim
Ghayb9aw jouj
Nta ghatb9a f touche
Ta hada ghi weld Asfi 7na li kaynin
Flow dyal hna
Kabrin b’chwaya la tss7ab lik mirikaniyin
Ghanb9aw ghi 7na
A9wad disque flow team ta la galha wahd fina kaybiyen
Kay7elmo b l3a9a
7na kanjibo l3a9a w ghanzido maghanb9ach 7assl
Ghandirha 7it bghawni nb9a wesst l7ez9a
Bach 3ad ygoulou 3lia Shobee rak rajel
Ghandirha 7it asslan la ga3 ma dertha ghaygoulou 3lia tatrapi w mala9i ma takel
Ghandirha ghandirha… Whoo!
Ghansauvé khouti w 3chrani li m3aya kat9atel
W fuck dak tkhawer




[Couplet 1]

[Refrain]

Ana ghadi f tri9i ta 7ed ma y9ad y7bassni
Goulihoum rani ba9i hna w ta 7ed may9dar ymassni
Ma ghaydi menni walou bnadm ayb9a ghi tab3ni
Wana li f rassi f rassi yea man chkoun nta makatbanchli
Goulihoum rani b3id w maghatchedo ghir lberd
Jibli ahssen wahd 3ndk ghadi tchedo gha lberd
Koulhoum 3arfini chkansswa 3arfini m9wd kan7red
W f koula ster kan7eto koulhoum kay3erfoni chkan9ssed
Ana ghadi f tri9i ta 7ed ma ghay9ad y7bassni
Goulihoum rani ba9i hna w ta 7ed may9dar ymassni
Ma ghaydi menni walou bnadm ayb9a ghi tab3ni
Wana li f rassi f rassi yea man chkoun nta makatbanchli.

[Couplet 1]
Je ne retourne pas ma veste avec ceux qui se sont battus avec moi avec rien
Je ne fais pas confiance à ceux qui font la lèche et veulent tout de moi
La vie m’a appris comment tout construire à partir de rien
Il y a des chiens qui aboient et qui veulent que je parte

[Refrain] Parce qu’ils savent que je suis génial/ un fou

[Couplet 2]
Je ne suis devenu qu’après avoir été
Je n’ai commencé qu’après avoir compris
Je ne suis parti qu’après avoir trimé
Je ne suis venu qu’après avoir jugé
Tu as rêvé avant que je me lève
Je n’ai fumé qu’après avoir roulé
J’ai fini par laissé ma trace
Je n’ai tué qu’après avoir enterré
Je suis passé par tous les chemins
Je suis passé sur les gueules de plusieurs connards
Ils m’ont attaqué en face mais je suis resté avec eux jusqu’à me battre
Ils voulaient me rendre la pareil heureusement j’étais agile
Yeaaahh… heureusement j’ai fait un clin d’oeil
J’ai fait comme si j’avais rien compris j’ai juste bullshité
Comme d’hab j’ai juste gambadé et je suis passé
Je les ai regroupés puis démembrés

[Couplet 3]
La route va tourner, la ceinture va tourner et on comprendra qui est valable
La vague a frappé, tout le monde a sauté à l’eau et j’ai eu l’impression que tu te noyais
Tu voulais sauver ta peau, tu t’es accroché à ton frère et il a sombré avec toi
A la base tu sais même pas nager , qu’est ce qui t’a pris de sauter?
Toute ta vie t’es en train de sombrer
Toute ta vie tu fais du sur place
Toute ta vie tu te caches derrière un masque
Tu n’as pas honte, t’es culotté
Le fils de Safi te défonce
T’as du mal à l’avaler mais il t’éclate
Il t’en donne plein les yeux (littéralement les oreilles en darija) et dans le dos
Je suis mauvais mais je vais pas te lâcher

[Couplet 1]

[Refrain]

[Couplet 4]
Mes ennemis rêvent de ma tombe
Ma chérie je lui dis « patiente »
Même si tous les couteaux sont plantés dans mon dos
Je reste debout à leurs côtés et je brille
Mes potes sont nombreux et pour la plupart ils sont vrais
Les « haters » ont pour seul capital leur paroles et de toutes manières je les vois pas avec mes lunettes
Charge, Charge, Charge, Cadre
Rapapa Hombre
Les gars, où que tu ailles ils sont nombreux
Shayfeen Mafia Padre
Je viens enfin de te comprendre, ça me fait pas plaisir

[Couplet 5]
C’est juste que mes djins sont un peu effrontés
On avait parié ensemble
On t’a donné un flow, t’es une bitch, vas y cours, montre nous
Vas-y montre toi fort
Tu vas chier, tu ne vas pas survivre
Seuls deux survivront (c-a-d eux deux de Shayfeen)
Toi tu vas rester sur la touche
Lui aussi est un fils de Safi, y a que nous
Le flow est d’ici
On a grandi tranquillement, va pas croire qu’on est américains
On reste juste ici
La disque flow team la plus folle, si jamais y en a un qui le dit il le montre
Nous on gagne de la thune et on va en rajouter on va pas rester coincés
Je vais le faire parce qu’ils veulent que je reste coincé dans la merde
Et pour qu’ils puissent dire « Shobee t’es un homme »
Je vais le faire, parce que si je le fais pas ils vont dire que je rap alors que je ne trouve rien à manger
Je vais le faire, je vais le faire… Whoo!
Je vais sauver mes frères et mes potes qui se battent à mes côtés
Et fuck le bullshit

[Couplet 1]

[Refrain]

Je marche sur ma route, personne peut m’arrêter
Va leur dire que je reste ici et que personne ne peut m’atteindre
Personne ne peut soutirer rien de moi il va juste me suivre
Et moi ce que j’ai en tête je l’ai yeah man t’es qui? je te vois pas
Dis leur que je suis loin et que vous n’allez chopper que du vent
Ramène moi le meilleur d’entre vous, tu vas le chopper il va refroidir
Ils savent tous ce que je vaux, ils savent que je suis un fou, je bosse
Et à chaque vers que je pose ils savent tous ce que je veux dire
Je marche sur ma route, personne peut m’arrêter
Va leur dire que je reste ici et que personne ne peut m’atteindre
Personne ne peut soutirer rien de moi il va juste me suivre
Et moi ce que j’ai en tête je l’ai yeah man t’es qui? je te vois pas



[SON005] Lqaleb / Don Bigg

Casablanca, Décembre 2014

Quel est le point commun entre Benkirane (ancien chef de gouvernement marocain) et Marie Antoinette?
Ils ont tous les deux des solutions culinaires face aux révoltes sociales. Lorsque l’une aurait sorti un « Qu’ils mangent de la brioche! » quand on lui faisait part du fait que les français n’avaient plus de pain à manger, l’autre demande aux marocains s’ils ne savent plus faire de « rayeb » (yaourt fait maison) quand ils contestent l’augmentation du prix du lait.

L’extrait de ce discours est l’outro de ce morceau de Don Bigg, une des légendes du rap marocain qui balance son flow sur un sujet chaud de l’actualité économique et politique du Maroc: la décompensation des produits de première nécessité.

Créé en 1941, la Caisse de Compensation avait pour objectif de subventionner les prix des produits de base: farine, gaz, huile, sucre… afin d’éviter que la fluctuation de leurs cours soit impactée directement sur les citoyens.

Ces subventions qui pesaient plus d’une quarantaine de milliards de dirhams sur le budget de l’Etat (exemple: 2013, 42,5 milliards de MAD) aident cependant les marocains à maintenir un certain pouvoir d’achat.

Le gouvernement de Benkirane (issu du parti PJD) lance en 2014 une réforme de la caisse de compensation et c’est à ce moment là que Don Bigg exprime son indignation.

C’est le moment de parler comme il le dit dans son refrain: « on n’a rien dit pour le gaz, on n’a rien dit pour l’huile, on n’a rien dit pour pour le pain et le suppositoire continue à rentrer ». Nul besoin de s’épancher sur cette métaphore autour de l’orifice par lequel est usuellement injecté un suppositoire. Mais l’idée est de dire que le peuple souffre et patiente en silence pendant qu’il se fait …

Le son est ponctué par des extraits vocaux d’échanges de députés marocains au parlement notamment, c’est un style de composition à la Bon Entendeur où la musique intègre des extraits de discours. Don Bigg l’utilise régulièrement dans ses sons comme pour ancrer son rap dans la réalité, voir par exemple sa chanson sur les attentats de Casablanca du 16 mai.

Tentative de traduction (et inteprétation des paroles)

Lqaleb

Bism’Allah
Jibou l9aleb anodo jibo dwa wa
Jibou swaret rah cha3b skhaf w nwaa wa
Ynod ysawat 3la rasso emm, wakha b9iti tama hit lmgarfat nad bokh wkwa
Haaa 3likom ya lmgarftin, Jlaleb rkhaso godam tarikt lmkastrin
Ba3to le7ya chrito L’V6 fwast tri9, zafetou kolchi wzafito ri 3almgardin
Emmm bay3tona l3jal bdin, HAAA bousini rah wlit zwin
Kant kansalem blyed wdaba kanbos flyadin
Kant kangol hram wdaba kangol l3am zin
Zido taklo tantoma mn lkika ghan 7armo lmazika
Ghan t3ayro fl micro gha naf7o fl 9oba
Wl banan bl kilo ghan khaliw dikra 3tiw lcha3b nibro
Haaaa




[Refrain]
Lbota! Maglna walo
Zit! Maglna walo
Lahlib! maglna walo
Lkhobz! maglna walo
L9aleb! kaydkhaol yadkhol
L9aleb! kaydkhol yadkhol
L9aleb! kaydkhol yadkhol
L9aleb! kaydkhol yadkhol

Wa Siklis!
Kaynod yatcharmal fl 9oba
Hak drab 3éd hak khwi tkhaba
Ana bghit tour eiffel f’fes safi tkhabat
Ana dart kolchi Benkiran howa sabab
Finahowa moul chocolat d’Jeff de Bruges
Dawa9ni chka w bka slet m3a drouj
Ta9a3od rankaliw bchwiat lafchouch
Lhaja librinaha ghanaklo manha b’2
Haaharawli lma9assa lm9as 3amro ma9as’hom wl9ass howa li tlabna
W Tarwa homa 9asmin
Wcha3b l7az9a 9aysah faslo li m9aso wla7zab dima mkhasmin
Zido tantoma ghamso flmar9a
Ghan 9ariw sar9a
Ghan matlou fzan9a
Ghan tayfo fl9oba
Wchombrir blkilo
Ghandahko 3la libgha na3tiw lcha3b li bgha

Le suppositoire

Au nom de Dieu
Ramenez le suppositoire, levez-vous ramenez le médoc doc
Ramenez les clefs le peuple est crevé et a a l’intention tion
Il se lève pour voter emm, même si tu restes là bas parce que « lmgarfat » (celui qui porte la cravate ou littéralement le pigeon) se la pète ou quoi!
Ah ouaaaais les « mgarftin » (pluriel de mgarfat), les djellaba sont moins chères par rapport à la clique des castrés
Vous avez vendu votre barbe et avez acheté la V6 au milieu de la route, vous avez revêtu la route de bitume et avez oublié les maigrelets
Vous nous avez forcé à rendre allégeance à des bizarreries en les faisant passer pour de la religion, HAAAA embrasse moi je suis devenu mignon
Avant je saluais en serrant la main et désormais je fais des baise main
Avant je disais c’est « haram » (c’est pêché) et maintenant je dis que l’année est bonne
Venez mangez vous aussi votre part du gâteau, on va rendre la musique « haram »
On va s’insulter dans le micro on va fumer sous le chapeau
Et les bananes au kilo on va laisser le souvenir, donnez au peuple des feuilles à rouler
Haaaa

[Refrain]
La bouteille de gaz ! on n’a rien dit
L’huile ! on n’a rien dit
Le lait! on n’a rien dit
Le pain! on n’a rien dit
Le suppositoire ! Il rentre il rentre
Le suppositoire ! Il rentre il rentre
Le suppositoire ! Il rentre il rentre
Le suppositoire ! Il rentre il rentre

Hey le motard
Il se la joue gangster sous la coupe
Tiens tape mords tiens vide cache toi
Moi je veux une Tour Effeil à Fès c’est bon elle s’est cachée
Moi j’ai tout fait mais c’est la faute à Benkirane (Chef de gouvernement du Maroc entre 2011 et 2017 issu du PJD, parti islamiste)
Il est où celui qui a les chocolats Jeff de Bruges
Il m’a fait goûter il s’est plaint et a pleuré et s’est enfuit par les escaliers
La retraite on va la gérer avec un peu de caprices
Tout ce qu’on veut, on va en manger tous les deux
Donnez moi la compensation, les ciseaux ne les ont jamais touchés et la bouffe c’est tout ce qu’on demande
Et la richesse c’est eux qui la partagent
Et le peuple galère de fou taillez ceux qui coupent et les partis sont toujours fâchés entre eux
Allez y continuez à saucer votre pain dans la sauce du tajine
On va enseigner le vol
On va jouer (au sens acteur) dans la rue
XXXX
Et les bouées au kilo (au sens les bouées pour traverser la méditerrannée et émigrer)
On va se foutre de la gueule de qui veut et on va donner au peuple ce qu’il veut

[SON004] Do Do Do/ Haykal & Shabjdeed

Si l’un d’entre vous pense comprendre quelque chose alors il a complètement tort. Tout ce que j’écris est du “bullshit”. Les paroles que j’écris sont soit adressées à quelqu’un que je connais ou quelqu’un que je déteste ou quelque chose qui m’est arrivée et dont je me souviens. Mais est-ce que ces paroles peuvent faire sens dans un scénario ou une structure ou une histoire claire que je pourrais expliquer à ma mère ou à quelqu’un d’autre? La réponse est non! […] Il me faudrait une heure pour expliquer chaque son et ce serait ennuyant

Shabjdeed dans cet interview

Ramallah, Août 2019

Bon, challenge accepted! Ce son et ses paroles sont tellement profonds que je veux quand même me lancer dans une explication.

Le son commence par le refrain entêtant qui à chaque vers reprend le son « 2ou2 » (difficile à retranscrire en alphabet latin, mais vous allez l’entendre), cette assonance en « 2ou2 » calque le bruit sourd du toc-toc. On toque à la porte? C’est quoi ce bruit?

Premier couplet: on comprend que c’est une personne armée qui débarque au beau milieu de la nuit obscure et fraîche, le narrateur est effrayé (il se ronge les ongles) et on lui assène une leçon (il se prend des coups?). Mais malgré la violence de la situation, visiblement certains « idiots » préfèrent ignorer la réalité (« ils distraient leurs esprits dans la plongée »)

Deuxième couplet: le cadre spatial est désormais planté. On y parle d’une terre comparée à une bête qui paissait paisiblement et dont le Créateur était le berger. Mais tel un paradis perdu, le peuple de cette terre semble avoir subit un « mépris bien plus grand que la surface de cette terre » elle-même. Mais est-ce juste un mauvais cauchemar qui ne laisse comme trace « qu’un oreiller déformé » par les perturbations du sommeil? Peut-être qu’au réveil, en une heure, je serai débarrassée de cette vision… La métaphore biblique qui rappelle celle de la parabole du bon pasteur semble faire allusion à la terre palestinienne

Troisième couplet: « qu’est-ce que tu fais / à quoi tu joues? » interpelle l’un « je ne sais pas, mais viens rejoins moi! » répond l’autre. Sommes-nous passés d’un mauvais rêve à un jeu pas drôle?

Quatrième couplet: « je suis conscient de chacune de mes respirations », le narrateur est en éveil et « si un taxi passe, je le prends », est-ce pour dire qu’il est prêt à quitter la terre à la première occasion? L’autre lui répond que lui serait prêt à « dialoguer » s’ils le veulent. Le narrateur est choqué par la naïveté de l’autre « vraiment? on a compris depuis la naissance de Yahoo » (dans les années 90, aussi la naissance du narrateur) qu’ils ne « connaissent rien que de la violence »

Lorsque Shabjdeed interpelle l’autre, on peut se demander qui est cet autre? Soit il parle à l’un de ses potes ou alors il se parle à lui-même.
Cinquième couplet: il semble qu’on se retrouve au niveau d’un checkpoint (tenu par Israël? par une milice palestinienne?). Il donne les instructions à suivre à cet autre pour que ce passage se passe au mieux: ne pas crier, avancer, dépasser les panneaux, ne corrompre personne car cela donnerait du grain à moudre à l’ennemi pour justifier cette situation.

Puis il ironise, il dit que leur cas relève de la Justice et c’est grâce à une petite réflexion du  juge ultra-compétent responsable de ce cas (juge tellement compétent qu’il en est momifié), qu’ils ont évité l’extinction… c’est lourd de ce sens, Shabjdeed insinue que les palestiniens est une espèce en voie d’extinction, mais sauvée “de justesse” par les tribunaux internationaux…

Dans le couplet 6 on est tranquille, on débarque dans un mariage, on s’oublie, on plane à tel point qu’on ne fait plus la différence entre Hassan et Houssan, on n’a plus peur, on ose lever les yeux et là BIM on est rappelé à l’ordre. Attends, on ose lever les yeux? Et là interpellation de la part d’un militaire israélien? Ou de quelqu’un d’une milice palestinienne ? mais en tout cas il nous dit, eh tu lèves les yeux? Et puis, t’es en train d’écrire quoi là? Et on répond que ce n’est pas du rap…

Et là punchline [Yamkin khayeb sa7 / Bass mouch Khyab la’]: “peut-être que je suis mauvais, c’est vrai / Mais je ne suis pas décevant”. Ca se joue sur le jeu de mot entre le “khayeb”:’mauvais” et “khyab” :”décevant” qui sont anagramme l’un de l’autre. Donc on peut dire de moi que je suis mauvais, parce que je parle mal mais je ne suis pas décevant car je dis la vérité.

Septième couplet: « ce n’est pas une belle génération / c’est une génération soumise/ on a paralysé Shuafat et Atayba ». Shuafat est unique du fait que ce soit un camp de réfugiés. Puis l’interpellation au « checkpoint » continue et d’ailleurs personne n’y est échappe que tu sois « le fils de celui-ci ou le fils de celui-là », on doit savoir « qui est derrière toi » au sens pour que tu roules.

Couplet 8, là il y a de la référence coranique. Il « annonce la révolution […] Et avec la force de mon peuple ». Mais il cite les peuples de Lot, Thamud et Hud qui ont été anéantis car ils refusaient d’écouter le prophète qui leur a été envoyé. Se comparerait-il aux prophètes qui portent un message auprès d’un peuple inconscient?

Sûrement, car dans le neuvième et dernier couplet, l’autre lui demande pourquoi il se prend la tête? Pourquoi « il ne tient plus en place »? Il l’assène de rentrer dans les rangs, de « marcher sur le trottoir comme ceux à qui il ressemble », il lui explique que trouver un travail est vain et que quand bien-même il en trouverait ça lui rapporterait moins que rien. Autant, « chiller », « aller à Rishon en BM ou en bus ». Vivre la vie à laquelle ils sont voués: « une vie de stress, d’énervements, de joies et de douleurs » et se  » remette sur la route de la vérité, la route de la vérité, la route de la liberté « 

Tentative de traduction (et interprétation des paroles)

[اللازمة]
دق دق دق
ايش هالبؤ بؤ بؤ
شكلك فوق فوق فوق
فوق فوق فوق
شكله الوضع فل فل فل
اعطيني اسفق فق فق
هيني فت لؤلؤ
فلو 4×4 4 4
واذا هسا قمت قلت سالب واحد بتردوا
پؤ پؤ پؤ

داخل قنص
مغمض عيني وداخل قنص
معضعض ايدي وماخد درس
من عتمة الليل ومناخ العطس
كله حولي مداخن طرز
خلص إلتهوا المخاخ في الغطس
هدا النحو من خاء الخرس
للي ما فهمش وخاب في الوصف




ساحة ومش حنراضيها
كنت سارحة والرب راعيها
عمري ما كنت الله يسامحك
الحقد له مساحة ما اكبر ماضيها
هيه مطبع عوِج الوسادة
دتخلص منه ساعة أرضى بنصيبنا
بعدها بنرجع عالوساخة مالأرض مريضة


شو بتعمل؟
شو اللعبة؟
بعرفش بس فوت شجعنا
والنعمة
ف-فعلاً هي شطارتنا نتف بنعلا
في المعمل
هي بعنا ال
تذاكر
لك يلعن
ناظر ودينا
يالله رجعنا

واعي لكل نفس باخده
إذا تاكسي لف ودار لاخمه
إذا رجعوا فالحوار جاهزه
لسا بتحكي هيك ياخو؟
فهمنا قديم وياهو
ددة ما فهم لا هو
ولا غيره فالجواب آهو
بعرفوش غير العنف هاد هو

فمجبورين نرد، فش خيار
قشطة ياض
نِش لعياط
وامشي غاض
بعد الاشارات لا ترشي هاض
هي بنأسس لحالنا
احنا حالة محالة للقضاء
زلمة فكره خلّص انقراض
قاضي محنط باحتراف

[اللازمة]

نحيف اسفقني اطرق
ماشي بلا بنّي بلا بؤبؤ
ناسي على وتري دوزان
نازل على عرس بدي أطخ طخ
بدي أطخ حالي بأمان
ناسي على وزني مزان
ما بتفرق حسن وحسان
بتفرق خفت أم طلته
هل طلته؟
شو بتكتب؟
هدا مش راب
لو اجتمعت دول العالم أكمل
لسا قحاب
يمكن خايب صح
بس مش خياب لأ



طب استنا شوي
شكلك مستغرب
مش جيل غزلان خي لا
هاد جيل مستكلب
بنشلّ شعفاط
اح بنشلّ طيبة
بحملش اغراض
غير إذا كان طيبة أو كويسة
خود من هاد
بحملش أغراض أصلاً إذا رايح غاد
لو بن هاض أو بن هاد رح تنتاك
رح تنسب رح تنلط رح تنهان
هل فهمت أم اشرحلك روح من هان
لو لبوك وأبو بوك وأبو
استغفر الله
خليتنا نكفر من وراك
مفروض أستحمل هالخرة
شايفك شكلك مبسوط
صوت السماعة بدجدج من وراك
جاهزين نسمّع من ورا؟
جاهزين نسمّع من وراك

قوم لوط كانوا سود وبحطوا حطّة
أبو بولوس بحب الزب بشطّة
وثمود وهود وعأرضي عودو
بيخلف وعوده بيقلب محطّة
وبقوة قومي واعلينيها ثورة
نبعت جاسوسنا حول المجرّة
ًواقليبيه فيها قولا صريحا
يحمل ضريحه يبحش بأرضه

وانت مالك ومال الدود
ايش ماخد ليش بتنط
احترم حالك احلالك بالممشى العاطل ليش بتطب
وين بتطب
رح تعكم زب لا
رح بكرا تبطل ترد
ننزل ريشون بالبي أم او باص
عالباص ننزل بالفورد
هاي عيشت فورد
هاي عيشت نكد وقلق وافراح واوجاع
يهديك ليش ماخد طريق الغلط وك روح ارجاع
يهديك لطريق الصح لطريق الصح لطريق الفضا


[اللازمة]

[Refrain]
Toc, Toc, Toc
C’est quoi ce boucan-can-can
Ton style est haut-haut-haut
haut-haut-haut
Le style qu’il a dans cette situation est bof-bof-bof
Tape m’en cinq-cinq-cinq
J’ai dépassé la perle-perle-perle
Dans le 4×4 4 4
Et si jamais je chuchote un seul mot vous répondez
bouh-bouh-bouh

Entre un sniper
J’ai les yeux fermés et entre un sniper
Je me ronge les doigts en me prenant une leçon
Dans l’obscurité de la nuit et par un temps d’éternuement
Autour de moi une tapisserie de cheminées
Les cerveaux ont été distraits par la plongée (est-ce pour signifier, les esprits mettent des oeillères pour ne pas plonger dans la réalité?)
C’est ce que croit le stupide
Qui n’a pas compris et a été déçu par la description

Une cour (une terre) et nous ne lui faisions pas honneur
Elle paissait (du verbe paître) et le créateur en était le berger (métaphore en référence à la terre palestinienne qu’il compare à une bête libre dont Dieu était le berger)
Je te jure que Dieu ne te pardonnera pas
Le mépris est plus grand que sa surface passée (la surface de la Terre) (semble faire référence au mépris subit par les palestiniens lors de l’occupation qui est décrit comme plus grand que la surface qu’occupait le peuple palestinien, la terre dont il parle ci-haut)
Oh, une marque qui déforme l’oreiller
Je peux m’en débarrasser en une heure si je lui accorde de l’importance
Puis on pourra retourner sur notre terre sale et malade
(Ici il semble qu’il fait référence à un cauchemar, un mauvais rêve (qui déforme l’oreiller) et dont l’effet dérangeant est dissipé au bout d’une heure et tout revient à la normale, donc après ce cauchemar d’occupation, ils pourront retourner sur leur terre bien que sale et malade)

Qu’est-ce tu fais?
A quoi tu joues?
Je sais pas, mais viens nous encourager
Sérieux?
En effet, avec notre courage / excès de zèle on « plume nos chaussures » (on abîme nos chaussures)
Dans l’usine
On a vendu les
Billets
Tu es maudis
Directeur et dette (?)
Allez Dieu fais nous revenir

Je suis conscient de chacune de mes respirations
Si un taxi passe et tourne, je le prends
S’ils reviennent le dialogue est prêt
Tu parles encore comme ça fréro?
On a compris ça depuis la naissance de Yahoo
Tout ceci n’est pas compréhensible
Et dans tous les cas la réponse est « non »
Ceux là ne connaissent rien à part la violence

On est obligés de répondre (riposter), il n’y a pas d’autre choix
Crème aigre (je ne sais pas à quoi ça fait référence?)
Pas la peine de crier
Va-t-en
Après les panneaux, ne corromps pas celui-là
Ainsi, on officialise notre situation
Notre cas relève de la Justice
Une once de sa réflexion a évité l’extinction
D’un juge momifié par sa compétence

[Refrain]

Maigre, aide moi à frapper
Je marche sans « brun » (à quoi cela fait référence?) et sans yeux (littéralement sans pupille)
J’oublie ma corde (de musique) et la clé d’accord
J’arrive dans un mariage, je veux me tâcher-cher (me tâcher en mangeant? me tâcher en transpirant parce que j’ai trop dansé?)
Je veux me tâcher tranquillement
J’oublie mon rythme
Tu ne fais pas la différence entre Hassan et Houssan
Tu distingues la peur ou tu lèves les yeux
Tu lèves les yeux?
Qu’est-ce que tu écris?
Ce n’est pas du rap
Si tous les pays de la terre entière se réunissaient
Ca resterait quand même des putes
Peut-être que je suis mauvais c’est vrai
Mais je ne suis pas décevant non

Ok, attends un peu
t’as un style bizaare
C’est pas une génération de beaux fréro, non
C’est plutôt une génération soumise (littéralement « transformée en chiens »)
On paralyse Shuafat (quartier palestinien de Jérusalem Est qui comprend un large camp de réfugiés unique du fait qu’il est à l’intérieur des frontières palestiniennes)
Aïe on paralyse Atayba (village en Cisjordanie)
Je ne transporte aucune chose
Sauf si elle est bien ou bonne
Prends de cela
Je ne transporte rien à la base si j’y vais
Si tu es fils de celui-ci ou fils de celui-là tu vas parler
Tu seras XX tu seras confondu tu seras méprisé
t’as compris ou tu veux que je t’explique, allez va-t-en
Si c’est pour ton père ou le père de ton père ou un père
Demande pardon à Dieu
Laisse nous douter de qui est derrière toi (au sens qui te soutient)
Je dois supporter cette merde
Je vois que tu as l’air content
Le son de tes écouteurs grésillent derrière toi
On est prêts à écouter qui est derrière toi?
On est prêts à écouter qui est derrière toi

Le peuple de Lot étaient noirs et XXX
Abu Polos (Paul de Tarse? un des apôtres) aime le zgueg chaud
Et Thamud et Houd et Aad revenez (Thamud et Aad sont d’anciens peuples arabes, descendants de Noé dans le Coran et qui comme le peuple de Lot ont été détruits car il refusaient d’adhérer au message monothéiste envoyé par leurs prophètes respectifs: Saleh et Houd)
Il tient ses promesses et change de station (arrêt d’un voyage)
Et avec la force de mon peuple et annoncez la révolution
On envoie notre espion autour de la galaxie
Et dans mon coeur la parole est sincère
Il porte son sanctuaire et XX sa terre

Qu’est ce que t’as toi? Et qu’est ce qu’ils ont les vers de terre?
Qu’est-ce qui ne va pas? Pourquoi tu ne tiens plus en place? (littéralement « tu rebondis)
Respecte toi, marche sur le trottoir vide comme ceux qui te ressemblent, à quoi tu postules
Où est-ce que tu postules?
Tu vas gagner un zgueg non (la contraction de ces deux mots en arabe zab-la donne aussi le mot ordure, en gros tu vas gagner très peu d’argent)
Dès demain tu seras au chômage et tu vas rentrer
On ira à Rishon (ville côtière au sud de Tel-Aviv) en BM ou en bus
Et à la station de bus on ira en Ford
C’est ça la vie en Ford
C’est ça la vie de stress, d’énervements, de joies et de douleurs
Attention, pourquoi tu prends la mauvaise route (au sens moral), hé va reviens
Que Dieu te remette sur la route de la vérité, la route de la vérité, la route de la liberté ou argent (? les deux mots sont possibles)

[Refrain]

[SON003] Assalamu Alaikum / Shadia Mansour

Londres, Mars 2011

Shadia Mansour, issue de la diaspora palestinienne est considérée comme la « First Lady » du Hip-Hop Arabe a commencé à Rapper en 2003 et parle de sa musique comme un engagement dans une Intifada Musciale.

Le son de ce soir ne reprend pas l’étendue de l’engagement politique de Shadia contre l’occupation israélienne, il est plutôt léger, simple mais efficace.

Un refrain de quasiment une phrase « Assalamou Alaykoum »: « que la paix soit sur vous » et une seul couplet qui célèbre la joie de vivre et la paix entre les peuples. Le tout sur une bande son orientale comme on les aime et un tempo sur le rythme arabe « Saidi ».

Passez une excellente soirée 😁

PS: pour ceux qui veulent réviser ou découvrir les rythmes de percussion arabe, voici le lien d’un Youtubeur.
Du coup, @ceux qui ont une oreille musicale avertie, confirmez-vous qu’on bien sur du « Saidi » ?

[SON002] Nafs El 7aga / El Joker

Egypte, Février 2014

Là on a de la bonne pépite égyptienne 🇪🇬

Prenez le pays de Oum Kalthoum et de Abdel Halim Hafez au lendemain de la Révolution de 2011, puis de la présidence de Mohamed Morsi issu des rangs des Frères Musulmans qui a débuté le 30 juin 2012 et a pris fin avec le coup d’Etat militaire du 3 juillet 2013. Pendant qu’un certain Adil Mansour reprend officiellement la présidence par interim, Abdel Fattah Al Sissi la famille (-on est dans un groupe de Rap ou bien?-) est promu maréchal le 27 janvier 2014, là il se dit c’est bon je suis au max donc vous savez quoi, je vais démissionner du Commandement Général des Forces Armées; l’Armée dit ok pour démissionner mais présente toi aux élections présidentielles de mai 2014 parce que même si de facto tu dirigeais déjà le pays depuis le coup d’Etat, ce serait cool que tu scores un bon 96% de voix bien crédible.

Pourquoi je raconte tout ça? Pas seulement pour vous montrer que je sais faire des copier-coller de Wikipedia, mais aussi pour planter le décor et comprendre dans quel état d’esprit se trouve notre rappeur El Joker qui a 22 ans lorsqu’il sort ce son en février 2014.

Indice: il est survolté.
Il envoie du lourd en matière de références biblico-coraniques et politiques et, son style est imagé et fin, comme il le dit lui même dans le dernier couplet : “elle sait pourquoi la plus simple de mes phrases est complexe”.

Nafs El 7aga (qui veut dire “la même chose”) est une déclaration passionnée que fait El Joker à sa princesse Egypte, cette chanson décrit le rapport amour-haine qu’il a pour son pays: “la haine de l’amour que j’ai pour toi est telle un billet retour vers moi / et l’amour que j’ai pour toi est en fait le désir d’une chose morte en moi”.
L’Egypte qu’il a l’air d’aimer c’est celle du peuple qu’il interpelle tantôt avec un “tu” ou dont il parle à la troisième personne avec un “elle”. L’Egypte qu’il déteste c’est celle de l’armée et des militaires qu’il nomme avec un “ils”.
D’où cette tension permanente tout au long du son.

El Joker est “accro au souffle de sa bien-aimée qui l’emmène dans un trip bien plus lointain que ne l’aurait fait un rail de drogue”, il est même prêt “à brûler seul dans la cité car il a promis à sa princesse qu’il ne l’abandonnerait pas”. Et “si ces mots ne te suffisent pas, va donc écouter celui qui a chanté /  la chanson “Teslam El Ayadi”, en gros si madame n’est pas séduite par une déclaration aussi franche, qu’elle aille écouter “Teslam El Ayadi” qui est un chant pro-Sissi sorti en juillet 2013 en l’honneur de l’armée égyptienne. En tout cas, il ne compte pas pactiser avec les militaires, il n’entend pas voter alors que le jeu est biaisé.

Les punchline que je kiffe

  • [3achan la9it Sa3adti / Fi inni bas9ikou al 9oub7 wa al barka fi si7r me3la9a]: “j’ai trouvé mon bonheur / dans vous faire boire l’amertume avec la magie de ma cuillère”. Il insinue que ses paroles et sa musique sont telles une potion magique qui se boit à la petite cuillère et qui permet à ceux qui la boivent (ie. écouter sa musique) d’ouvrir les yeux sur la dureté et l’amertume de la réalité
  • [Latekh bcharat RAB4A sourat Al-Sissi raiss li masr]: “badigeonne l’image de la RAB4A par la photo du président Al-Sissi”.
    📖 Le signe R4BIA a émergé après août 2014 auprès des militants anti-armée et pro-Morsi et pro Frères musulmans, suite au dispersement par l’armée égyptienne d’un sit-in de 40 jours qui a été tenu place Rabaa Al Adawiya dans la ville de Nasr initialement pour fêter un an de présidence de Morsi, Human Right Watch a dénombré plus de 1150 manifestants tués lors de ce dispersement. L’idée qu’El Joker semble faire passer ici avec cette image d’une photo qui en barbouille une autre serait celle de la répression des anti-armée par l’armée
Le signe R4BIA
  • [Ad dib maklach mad8abi, chamou al wara9 ta3rafou / bi imane Yacoub istawou mach ma7tajkoum tatsarafou]: “le loup n’a pas mangé mon idéologie, sentez mes feuilles pour le savoir / attendez tel Yacoub avec sa foi, je n’ai pas besoin que vous agissiez”.
    📖Ces deux dernières phrases font référence à l’histoire du prophète Youssef (Joseph) et de son père Yacoub (Jacob) dans la tradition islamique: Youssef était particulièrement aimé par son père Yacoub, car ce dernier avait vu en lui le futur prophète, ses 10 frères étaient jaloux de Youssef et l’ont abandonné dans un puit faisant croire à leur père que Youssef avait été dévoré par un loup. Mais Yacoub n’était pas dupe, il avait compris le mensonge de ses fils en sentant le tissu qui soit disant prouvait la mort de Youssef. Pour autant, dévasté par cette nouvelle, Yacoub pleurait tellement la perte de son fils qu’il en est devenu aveugle. C’est après avoir patienté plus d’une dizaine d’années plus tard qu’il allait le retrouver en traversant l’Egypte

Tentative de traduction (et interprétation des paroles)

قلتهالك قبل كده اللى بيننا ده اسمه زنى
عمرى ما اقتنعت إن قوضتك عش حبنا
بدنـدن الحقيقة المرة سدى ودنك واهربى
عمر ما فقد شخص يهز شعرة فى منطوى

تملى أقول الحق عشان لقيت سعادتى
فى إنى بسقيكوا القبح والبركة فى سحر معلقتى
كرة حبى ليكى تذكرة رجوعى ليا
وحبى ليكى كان حنين لحاجة ماتت فيا




كداب … حبيتها بس كرهت كونك مش قوى
لولا إنك ادمنت نفسها كان زمانك بودرجى
وأهى بعدت أبعد من أبعد حباية بى فى السطر
لطخ بشارة رابعة صورة السيسى رئيس لمص



لو مش قد الكلام ده أسمع اللى غنى
غنوة تسلم الأيادى لكونها أجلت إدماننا
بضيف حقيقة لكدبهم سخريةً من واقعهم
مش همضى كطرف تانى وعـ الطرف الأول توقيعه









سة – ايه موضوع كلامى – ده كل اللى شاغل بالك ؟
لسة مفهمتش إن كل حاجة نفس الحاجة ؟
لسة بتسأل لية جوكر مش من نجوم الشاشة ؟
لسة مفهمتش إنى لوحدى بحاربهم عشانك ؟

لو موتتى مش هدفنك هفضل طول عمرى اكتبك
بتحدى طبيعة ما بعد الموت … مش هتتحللى
سيبيهم يتهمونى بالجنون مبيؤلمنيش كلامهم
هو المجنون مبيفهموش ناس قدر يفهمهم ؟

فى نارهم مش هتحرق أبص لأصنامهم تتفلق
لو محلش الطوفان ده مش معناه إن محدش غرق
الذئب مكلش مذهبى شموا الورق تعرفوا
بإيمان يعقوب استنوا مش محتاجكوا تتصرفوا












و عين اللى بيسمعنا مش هتلمح أى معنى
كانت عين المار – عمق البير- عن شوف يوسف منعها
كان لازم قارى ودارس يبقوا غلاف منتج موهبة
قصص مش شبة بعض لنفس الجرح … فاهم كده ؟


بدقق أكتر .. وأفكر .. فعايش أبطئ
هى عارفة ليه أبسط سطورى معقد
سيبوا المدينة تتحرق وأنا لوحدى اللى فيها
مش هقدر أمشى منها مدى كلمة للأميرة

Je t’ai déjà dit avant que ce qu’il y a entre nous c’est de l’adultère
Je n’ai jamais été convaincu que ta chambre serait notre nid d’amour
Je te fredonne à l’oreille la réalité amère, ferme tes oreilles et enfuis toi
Aucun introverti n’a jamais été affecté par la perte d’une personne

Je dis toujours la vérité parce que j’ai trouvé mon bonheur
Dans vous faire boire l’amertume à travers la magie de ma cuillère (ses paroles et sa musique sont telles une potion magique qui se boit à la petite cuillère et qui ouvre les yeux sur la dureté et l’amertume de la réalité)
La haine de l’amour que j’ai pour toi est telle un billet retour vers moi
Et l’amour que j’ai pour toi était en fait le désir pour quelque chose qui est morte en moi

Menteur… Tu l’as aimée mais tu as détesté le fait que tu ne sois pas fort
Si tu n’avais pas été accro à son souffle, il y a bien longtemps que tu aurais été un drogué
Et maintenant elle va plus loin que là où peut t’emmener un rail de pilule B
Badigeonne l’image R4BIA avec la photo de Al Sissi président de l’Egypte

Si ces mots ne te suffisent pas, va donc écouter celui qui a chanté
La chanson “Teslam El Ayadi” qui a reporté notre addiction (il s’agit d’une chanson pro-Sissi sortie en juillet 2013 en l’honneur de l’armée égyptienne)
Je moque leur réalité en ajoutant de la vérité à leurs mensonges
Je ne vais pas signer en tant que seconde partie alors que leur signature est là en tant que première partie (ce que je comprends c’est qu’il fait allusion à un contrat entre deux parties qu’il refuse de signer car l’armée l’a déjà signé, ce qui peut vouloir dire qu’il ne compte pas aller voter dans une situation biaisée par l’armée)

[Refrain]
Et pourtant la seule chose qui te préoccupe c’est de comprendre mes mots?
Tu n’as donc toujours pas compris que toutes les choses sont la même chose?
Tu te demandes encore pourquoi El Joker n’est pas une Star de la télé?
Tu n’as donc toujours pas compris que je me bats seul contre eux pour toi?

Si tu meurs, je ne vais pas t’enterrer, je vais passer ma vie à écrire sur toi
Je défie ce qu’il y a après la mort… tu ne vas pas te décomposer
Qu’ils me traitent de fou, leurs mots ne me blessent pas
Puisqu’un fou qu’ils ne comprennent pas serait capable de les comprendre?

Je ne vais pas brûler dans leurs flammes, je regarde leurs idoles aller au diable (le mot “asnam”//idoles fait références aux statues des divinités pré-islamiques qui étaient détruites avec l’avènement de l’islam)
Ce n’est pas parce que l’inondation n’est pas arrivée jusqu’à nous, que personne ne s’est noyé
Le loup n’a pas mangé mon idéologie, sentez les papiers pour vous en assurer
Attendez avec la foi de Jacob, je n’ai pas besoin que vous agissiez 
(Ces deux dernières phrases font référence à l’histoire du prophète Youssef (Joseph) et de son père Yacoub (Jacob) dans la tradition islamique: Youssef était particulièrement aimé par son père Yacoub, car ce dernier avait vu en lui le futur prophète, ses 10 frères étaient jaloux de Youssef et l’ont abandonné dans un puit faisant croire à leur père que Youssef avait été dévoré par un loup. Mais Yacoub n’était pas dupe, il avait compris le mensonge de ses fils en sentant le tissu qui soit disant prouvait la mort de Youssef. Pour autant, dévasté par cette nouvelle, Yacoub pleurait tellement la perte de son fils qu’il en est devenu aveugle. C’est après avoir patienté plus d’une dizaine d’années plus tard qu’il allait le retrouver en traversant l’Egypte) 

Et l’oeil de celui qui nous écoute ne comprendra rien
Et l’oeil du passant ne pouvait pas voir Youssef à travers la profondeur du puit
La lecture et les études constituent un emballage pour le produit talent 
Des histoires qui ne se ressemblent pas mais qui racontent la même plaie…est-ce que tu comprends mieux?

J’observe de plus en plus… et je réfléchis…et la vie passe plus lentement
Elle sait pourquoi la plus simple de mes phrases est complexe
Laissez moi seul dans la cité qui brûle
Je ne peux pas en partir, j’ai donné ma parole à la princesse
(En gros, je ne peux pas abandonner la princesse Egypte même si tout va mal car je lui ai promis que je resterai avec elle quoiqu’il arrive)


[SON001] L.E.V.E.L 6 / A.L.A x El Castro

Tunisie, Juin 2016.

Un featuring entre deux rappeurs tunisiens: A.L.A dont les clips super bien travaillés font des millions de vues et El Castro (ceux qui me connaissent ont été forcés à écouter du son de El Castro de manière consciente de leur part ou fourbe de ma part).

On commence l’année avec un son dont la thématique et le style de paroles peuvent dénoter avec ce qu’on peut connaître du rap. On est loin de combats de crew, de drogues, de pussycat en veux tu en voilà.

Ici la narration se fait sur du seul contre tous et on vante les mérites de l’honnêteté et du travail acharné pour faire face aux « haters ».

Un discours individualiste mais basé sur des principes « éthiques ». 

La vie est dure mais je m’en suis sorti en étant besogneux sans triches ni mensonges ( [khdemt ou ma kdebtich 3al nass]: « j’ai travaillé sans mentir à personne » , [t3ebt ou ma kountch ghachach] : »Je me suis épuisé et je n’ai pas été tricheur »), tout en restant consistant et sans jamais retourner ma veste, littéralement « sans changer de couleur » ([Yakteb 3omri ma beddelt louni]). Bien entendu des « copieurs », des « jaloux », des « chiens » ont essayé de me barrer la route mais qu’ils soient « niqués ». On les nique d’autant plus que je passe des nuits blanches à entraîner mon flow et mon « freestyle » et ce jusqu’au lever du jour où j’accompagne ma mère qui fait la prière du fajr.
A.L.A garde la référence à l’islam, il invoque Dieu pour pardonner ses éventuels péchés [ned3i li Rabbi bach ighfer li] et au respect d’une mère pieuse [na3ti lwe9t loumi tsalli]; ce sont deux critères qui dans les sociétés arabo-musulmanes complètent le portrait de l’homme honnête.

Les punchline que je kiffe
  • [Mada bia takhou blach, Ama khsara taoua wa9t money]
    « si ça ne tenait qu’à moi, je te le filerais gratos mais pas de bol on est à l’ère du money »
  • [Nique nass li 9aldouni, nique li sme3 ou sre9 ou 9al Douni]
    « nique ceux qui m’ont imité, nique celui qui a écouté ma musique, qui l’a volée et qui m’a traité de con ». Jeu de mots entre « 9aldouni » et « 9al-douni »
  • [La3eb dawri mouch mkhali, …, la3eb dawli ou zid ma7alli]
    je joue mon rôle je ne suis pas négligent, je suis un joueur mondial en plus d’être un joueur national
Le mot que j’ai appris
  • Tarfgou: qui vient du français traffiquer
La référence sympa à 50 cent

Dernier couplet du flow de A.L.A. Référence à 50 Cent In Da Club ( 1’54) “Money On my Mind”

Traduction des paroles (ou plutôt tentative de traduction)

[اللازمة : علاء]
برشة كلاب يحبو يعطلوني
حصلو تحشالهم كي خدمون
ملي جيت بنيت الساس
خدمت و ما كذبتش على الناس
هذاكا علاش صعيب يوقفوني
يا ساكا راب عطيتو وقت نومي
عندي طاقو و احاسيس ينطقوني
تعبت و ما كونتش غشاش
ماذا بيا تاخو بلاش
اما خسارة توا وقت موني

[المقطع الأول : علاء]
تشيلين معايا كيس و غراب هومي
بقلة نسمع كلام القحاب اومي
نفس البحث و نفس المنظر
ستيل لتوة زمرة الممبر
يكتب عمري ما بدلت لوني
مالا نيك الناس لي قلدوني
نيك لي سمع و سرق و قال دونيو
نيك فروخ طحان الزكري ذكية حروكي
ننتج بكري نعيش تريبي فكري خلدوني

اللازمة

[المقطع الثاني : علاء]
كرهت الناس لي ترفكو
الي يڨلڨني نسرفڨو
خاطرك ما تعرفش ترابي طرف ڨو
طايرتلي و ما عندك ما غيرتلي
Lyrically و نبقى ديما
feeling so fucking fresh
I’m the one don’t you fuckin with’em
Check my fuckin rhythm
و فوق البيت منضم dope bars
وذن fuckin شكون لي
نبات ليالي نفريستايلي ناقف كان كي يذن
ندعي ل ربي باش يغفرلي و نعطي لوقت لأمي تصلي
هاكا مخي قالي
لاعب دوري مش محلي
Fuck what you said
USA ناس تسمع فالـ
لاعب دولي و زيد محلي
Fuck what you said
A.L.A فما غراب و الاي هزينا الدوري مالـ

[Refrain: A.L.A]
Des chiens essaient de me retarder
Ils se sont faits avoir en essayant de m’arnaquer
Quand je suis venu, j’ai construit les fondations
J’ai bossé sans mentir à personne
C’est pour ça que c’est dur de m’arrêter
XXX
Je parle à travers mon énergie et mes émotions
Je me suis épuisé sans être un tricheur
Je te l’aurais bien filé gratos
Mais pas de bol on est à l’ère du Money

[Premier couplet: A.L.A]
On chill avec un verre XXX, homie
J’écoute pas ce que disent les putes, oh mi
Toujours les mêmes histoires et les mêmes paysages
Le style XXX
Je jure que je n’ai jamais retourné ma veste
Nique ceux qui m’ont imité
Nique celui qui écoute, qui vole et qui me traite de con
Nique les jeunes qui dénoncent
Je me lève tôt pour produire mon trip, mes pensées me mènent vers le paradis

Refrain

[Deuxième Couplet: A.L.A]
Je déteste les gens qui traffiquent
Celui qui m’énèrve je lui fous une claque
Tu es mal éduqué alors go
Tu me piques des choses mais ça ne change rien pour moi
Je reste toujours en musique
Je me sens trop frais
Je suis l’as, va pas foutre la merde avec eux
Regarde mon putain de rythme
Et sur le toit de ma maison j’organise des barres de dope
Qui a putain de chanté le adhan
Je passe la nuit à freestyler et je ne m’arrête qu’au adhan
Je prie Dieu pour qu’Il me pardonne et je laisse ma mère prier
Je n’en fais qu’à ma tête
Je joue mon rôle, je ne suis pas négligent
Fuck ce que tu dis
C’est ce qu’on entend aux USA
Joueur international en plus de national
Fuck ce que tu dis
XXXX